Marie Noël : puissante réponse au terrorisme de la célèbre poétesse

Au vomissement des actes terroristes répondra toujours la puissance de la parole poétique.

Marie Noel est une célèbre poétesse catholique du XXième siècle. Elle a écrit un texte très fort contre les Allemands qui ont occupé la France mais qui convient parfaitement à ce qui passe presque quotidiennement en Europe.

Marie Noel, célèbre poétesse chrétienne du XXième siècle

PLEURS SUR LA FOULE

“Nous vous haïssons”

 

Ô vous qui montez de nuit et poussez sur moi l’orage

Et dans tous les carrefours mettez la mort à l’ouvrage ;

 

Vous qui croissez au Levant, nouveaux, violents, armés,

Pour arracher ma récolte aux jours que j’avais semés,

 

Vous qui, de devant mes pieds inquiets chassez la route,

Et tarissez le monde autour de moi goutte à goutte.

 

Vous qui condamnez le pain de ma bouche peu à peu

Et retirez, flamme à flamme, le bois de mon feu.

 

Et, fleur à fleur, le jardin, et la maison, pierre à pierre.

De la place que j’avais, à l’humble lumière.

 

Vous qui pour le posséder me faites tomber des mains

Le Livre où j’allais buvant et le ramassez en vain,

 

Prenez ! À vous désormais la terre, le toit, le Livre,

À vous désormais l’ombre et le soleil où je m’oubliais à vivre.

 

Prenez et mangez le pain que pour me nourrir j’avais.

Prenez !—gorgez-vous de mots que-peut-être je savais !

 

Prenez ! Ah, je livre à vous tout mon bien sans le défendre

Mais mon bien, ô poings nombreux, vous ne pouvez pas le prendre.

 

Je vous le donne et je pleure, ô vous qui marchez sur moi

Et ne gagnerez jamais le royaume où je suis roi,

 

Et n’emporterez jamais en me dépouillant dans l’ombre,

Mon trésor dans la colère étroite de vos mains sombres.

 

Mon ciel sur le haut chemin et mon pas léger d’argent

Qui monte, et ma peine ailée, et mon bonheur négligent ;

 

Et ma grand’tendresse au loin par les oiseaux emmenée,

Et ma douceur, et ma laine à tous vents abandonnée ;

 

Et mon cœur comme un fruit chaud percé de dards au mois d’août,

Qui saigne et se laisse boire…Et l’amour que j’ai de vous.

 

Toute ma richesse, hélas ! que je jette à la volée,

Elle vous échappe, ô vous qui m’avez trop peu volée.

 

Vous mangerez mon repas sans être nourris avec,

Et dans le livre où j’ai bu, vous demeurerez à sec. ..

 

Je pleure…Vous sortirez de ma demeure pillée,

Les mains vides, les pieds nus et l’âme déguenillée,

 

Ô vous qui n’atteindrez pas l’amour qui coule à travers

Les pierres de ma contrée et ma joie aux champs ouverts

 

Vous qui n’arriverez pas à l’eau vive en ma fontaine,

Ô vous que voici prenant ce perdu chemin de haine.

NB Le Livre, ce sont les Évangiles.

Marie Noël

 

 

Magnifique poésie sur la vieillesse, de Marie Noël, poétesse catholique du XXième siècle.

À la rencontre de Marie Noel 

Chants des Quatre-Temps Sentes pour le dernier âge II

Marie Noel, célèbre poétesse chrétienne du XXième siècle

Quand la rose d’Été ne sera plus qu’épine

Et fruit mort sur la tige ingrate du rosier,

Quand sera sans bond vert la feuille, la racine.

En terre sans élan sous les champs rassasiés,

 

Quand le vent qui jouait à troubler les collines

Sera tombé sans aile en terrain désolé,

Quand le cœur qui m’aima sera dans la poitrine

D’un vieil homme engourdi comme un étang gelé ;

 

Quand n’aurai plus pour lui ni fleur, ni chant, ni charme,

Rien qui lui parle bas, rien qui lui semble beau,

Quand n’aurai plus pour moi qu’un vieux chagrin sans larmes

Dont le déboire usé n’a plus de goût nouveau,

 

Alors il sera l’heure, et la voilà qui passe

De balayer mon âge et les cendres du jour

Pour aller les jeter par une porte basse

Outre temps, outre monde, en l’ombre sans retour (1964)

 

 

 

APERÇUS BIOGRAPHIQUES

Marie, Mélanie Rouget est née le vendredi 16 février 1883, ruelle des Véens (vicomtes) à Auxerre (Yonne). Son père, Louis Rouget est agrégé de philosophie, il appartient à la génération des Taine, Littré, imprégné de Kant. Sa grand-mère que l’on qualifierait aujourd’hui de bigote, suit scrupuleusement les multiples offices et tient à jour le carnet des bonnes et mauvaises actions. Élevée dans la religion, mais non par des religieux, Marie, Mélanie qui deviendra Marie Noël, quand elle découvrira son petit frère mort dans son lit, est une mystique, et comme tel, sa vie sociale sera empreinte de l’humilité liée à ce destin. Très tôt et malgré la maladie toujours présente, elle sera reconnue comme possédant un “don” inégalable par son parrain Raphaël Périé (cadurcien d’origine espagnole, qui après une période de professorat était devenu inspecteur d’Académie). Celui-ci, vexé du succès de sa filleule dont les textes sont lus au Lapin Agile, le célèbre bar à chansonniers (merci Mac Orlan, célèbre poète, qui les lisait là-bas) espacera ses contacts. La rencontre avec l’abbé Mugnier et l’autorisation du Vatican de publier ses œuvres (permission de l’Index) lui permettra de concilier sa foi et ses talents – elle est également musicienne et composera les mélodies qui accompagneront ses chants. Elle poursuivra tant bien que mal ses études, voyagera peu, correspondra beaucoup, souffrira d’un mal étrange que les médecins n’arriveront pas à guérir, mais surtout témoignera de son doute, de ses angoisses et beaucoup plus tard de son absolue certitude dans Petit Jour et Notes Intimes. Comment résumer une biographie d’un auteur qui s’est autant confié. L’histoire de quelques oeuvre semble plus convaincante.

Commente donc une fois!