Abeilles, bourdons, pollinisateurs : qui pollinise quoi?

Article passionnant sur les pollinisateurs . Quelles plantes sont plutôt butinées par quels butineurs? Bourdons? Abeilles? Coléoptères? Ainsi les fleurs de la tomate ne sont pas butinées par les abeilles parce leurs trompes n’y sont pas adaptées.

 

 

Le plus célèbre des butineurs

1.1 Le fruit

Le fruit est le résultat de la maturation de la graine. Des différents tissus de la fleur se développent des parties précises du fruit:

ovaire → chair, coeur du fruit ou coquille de noix selon le type de fruit

ovules → graines → de nouvelles plantes

Types de fruits

A partir de fleurs extérieurement semblables peuvent naître des fruits très différents. On trouve la plus grande diversité de fruits dans la famille des rosacées : pommes, cerises, fraises, amandes et fruits de l’églantier en sont des exemples.

Fruits à pépins

A partir de l’ovaire naît le coeur du fruit avec les graines (pépins) ; du réceptacle floral naît la chair du fruit, du périanthe la mouche.

1.2 Caractères typiques des fleurs pollinisées par le vent, les insectes et les vertébrés

Caractéristiques des fleurs pollinisées par le vent (Pollinisation anémophile)

Périanthe (calice, corolle) invisible ou manquant

Longues étamines souvent pendantes et stigmate grand, plumeux, bien accessible

Forte production de pollen (plusieurs millions de grains)

Petits grains de pollen aux surfaces lisses, parfois dispositif pour augmenter l’emprise au vent, par exemple des sacs aériens

Longue durée de vie des fleurs

Position exposée des fleurs en bout de branche

Pollen peu collant, pas de nectar

Pollen à faible valeur nutritive

Noix

L’ovaire se lignifie et devient la coque de noix,qui renferme les graines oléagineuses. La fraiseest un fruit composé, les petites noix sontsituées sur la chair du réceptacle floral.

Fruits à noyau

La partie externe de l’ovaire donne la chair juteuse du fruit, la couche interne de l’ovaire se lignifie et forme l’enveloppe dure de la graine (le noyau).

Caractéristiques des fleurs pollinisées par les insectes pollinisateurs 

Enveloppe florale constituée de calice et corolle, attrayante, avec des signes distinctifs bien visibles (couleur, forme, taille, signes distinctifs pour les insectes)

Odeur

Nectar

Production de pollen relativement faible (quelques 1’000 ou 10’000 grains)

Pollen collant

Pollen avec une haute valeur nutritive (jusqu’à 30% de protéine, 10% de graisse, 7% d’amidon, vitamines et sels minéraux)

Pollen avec surface rugueuse

Caractéristiques des fleurs pollinisées par des vertébrés pollinisateurs

Par des oiseaux :

Grandes fleurs

En général, corolles claires ; rouge intense, orange, jaune, blanc

Sans odeur

Longue corolle tubulaire

Très riches en nectar

Nectar riche en hydrates de carbone, souvent visqueux

1.3 Participation des différents transporteurs de pollen à la pollinisation

Agroscope Liebefeld-Posieux Centre suisse de recherche apicole (2001) 7 Transporteur de pollen

Espèces de plantes à fleurs pollinisées avant tout par ce transporteur de pollen

Pourcentage des espèces de plantes à fleurs pollinisées avant tout par ce transporteur de pollen

Vent 20’000 8.3%
Eau 150 0.63%
Abeilles 40’000 16.6%
Papillons 19’310 8.0%
Mouches 14’126 5.9%
Coléoptères 211’935 88.3%
Vertébrés 1’221 0.51%
Oiseaux 923 0.4%
Chauves-souris 165 0.07%

1.4 Caractères typiques des fleurs pollinisées par le vent, les insectes et les vertébrés

Caractéristiques des fleurs pollinisées par le vent (Pollinisation anémophile)

Périanthe (calice, corolle) invisible ou manquant

Longues étamines souvent pendantes et stigmate grand, plumeux, bien accessible

Forte production de pollen (plusieurs millions de grains)

Petits grains de pollen aux surfaces lisses, parfois dispositif pour augmenter l’emprise au vent, par exemple des sacs aériens

Longue durée de vie des fleurs

Position exposée des fleurs en bout de branche

Pollen peu collant, pas de nectar

Pollen à faible valeur nutritive

Noix

L’ovaire se lignifie et devient la coque de noix,qui renferme les graines oléagineuses. La fraiseest un fruit composé, les petites noix sontsituées sur la chair du réceptacle floral.

Fruits à noyau

La partie externe de l’ovaire donne la chair juteuse du fruit, la couche interne de l’ovaire se lignifie et forme l’enveloppe dure de la graine (le noyau).

Caractéristiques des fleurs pollinisées par les insectes

Enveloppe florale constituée de calice et corolle, attrayante, avec des signes distinctifs bien visibles (couleur, forme, taille, signes distinctifs pour les insectes)

Odeur

Nectar

Production de pollen relativement faible (quelques 1’000 ou 10’000 grains)

Pollen collant

Pollen avec une haute valeur nutritive (jusqu’à 30% de protéine, 10% de graisse, 7% d’amidon, vitamines et sels minéraux)

Pollen avec surface rugueuse

Caractéristiques des fleurs pollinisées par des vertébrés

Par des oiseaux :

Grandes fleurs

En général, corolles claires ; rouge intense, orange, jaune, blanc

Sans odeur

Longue corolle tubulaire

Très riches en nectar

Nectar riche en hydrates de carbone, souvent visqueux

Par des chauves-souris :

Fleurs robustes, nocturnes, souvent à grandes inflorescences

Colorées de façon moins voyante, souvent blanches ou verdâtres

Odeur forte et acide

Grande quantité de nectar et de pollen

Nectar et pollen facilement accessibles

Nectar riche en hydrates de carbone, contient certains acides aminés spécialement appropriés à la diète des chauves-souris

1.5 Participation des différents transporteurs de pollen à la pollinisation

Vent, insectes, vertébrés

Dès l’apparition des plantes à fleurs, la pollinisation par le vent s’est révélée être une stratégie de reproduction efficace. Le pollen doit être produit en surabondance, la majeure partie des grains manquant leur but. On en retrouve l’excédent sur les tables ou les carrosseries d’auto, on les sent dans les yeux et le nez. Leur portée est considérable : des grains de pollen en grandes quantités sont dissipés par le vent, à plusieurs centaines de kilomètres de leur plante d’origine et à des hauteurs de 1000 à 1500 mètres au-dessus du sol. Les grains de pollen possèdent une enveloppe très résistante. En géologie, on tire parti de la présence de pollen dans certains sédiments anciens pour apprendre la nature de la végétation et du climat des précédents millénaires.

De nos jours, la plupart des plantes à fleurs sont pollinisées par des insectes. Le nombre d’espèces pollinisées par des coléoptères peut surprendre : 88.3 % des espèces utilisent, entre autres, cette très ancienne forme de pollinisation. Plusieurs espèces de plantes peuvent être pollinisées par plus d’un groupe d’insectes.

Toujours est-il que 0.51 % de toutes les plantes à fleurs de notre planète sont pollinisées par des vertébrés. Les oiseaux sont les principaux pollinisateurs de ce groupe, suivis par les chauves-souris et d’autres mammifères. A travers le monde, il y a quelques 2’000 sortes d’oiseaux parmi 50 familles qui prennent part à la pollinisation des plantes. Il s’agit avant tout d’espèces tropicales et subtropicales faisant partie des groupes des colibris, des méliphagidés, des zostéropidés et des Souimanga. Le lin néo-zélandais est pollinisé par une espèce de Gecko qui extirpe le nectar du tube floral avec sa langue et transporte le pollen dans une collerette spécialement adaptée.

Agroscope Liebefeld-Posieux Centre suisse de recherche apicole (2001) 7 Transporteur de pollen

Espèces de plantes à fleurs pollinisées avant tout par ce transporteur de pollen

Pourcentage des espèces de plantes à fleurs pollinisées avant tout par ce transporteur de pollen

Vent 20’000 8.3%
Eau 150 0.63%
Abeilles 40’000 16.6%
Papillons 19’310 8.0%
Mouches 14’126 5.9%
Coléoptères 211’935 88.3%
Vertébrés 1’221 0.51%
Oiseaux 923 0.4%
Chauves-souris 165 0.07%

2 Pollinisation et productivité des cultures fruitières et du colza

2.1 La plupart des variétés de fruits et de baies dépendent de la pollinisation par les insectes

Effet du vent et des insectes sur la formation du fruit

Toutes les variétés de pommes et de poires, ainsi que différentes variétés de fruits à noyau, nécessitent une pollinisation croisée. Ils utilisent le pollen d’un arbre d’une autre variété. Les pêches, les abricots et les coings quant à eux s’autopollinisent, sans que le pollen ne se dépose pour autant de lui-même sur le pistil. Dans les deux cas, le transport du pollen s’effectue

Pollinisation par les abeilles et formation de la graine chez les pommes

Un coup d’oeil à l’intérieur des fruits montre également l’importance de la pollinisation par les abeilles.

Dans deux vergers de pommiers d’environ un hectare (variété Golden Delicious), un avec une colonie d’abeilles au moment de la floraison, l’autre sans, on a procédé à un décompte du nombre de pépins par fruit. Dans la culture avec des abeilles, la plupart des fruits contenaient 1 à 4 pépins, dans la culture sans abeilles, seulement 0 à 1 pépin. Nombre de pépins par fruit

Pourcentage de fruits à pépins (en %)

Verger A

3 colonies d’abeilles dans la culture

Verger B

Pas de colonie d’abeilles dans un périmètre de 500m

0 Pépins

1

2

3

4

5

7.5% ( des fruits ont 0

pépins)

15.5%

23 %

30%

18%

6%

41.5% 0 pépins

 

42%

12%

3.5%

1%

0%

On peut remarquer que plus il y a de pépins, moins la pomme tombe en juin et devient plu grosse. Donc, dans le verger A, 7,5%des fruits ont 0 pépins ce qui signifie qu’ils sont d’une médiocre qualité et tomberont en juin, tandis que dans le verger B, 41% ,du fait qu’il n’est pas correctement fécondé, sont de mauvaise qualité. Avec 4 pépins, la conservation est améliorée, ainsi que la qualité nutritive.

2.3 Utilisation des insectes pollinisateurs

Densité des colonies selon les différentes cultures

Dans la littérature spécialisée, on trouve des données très différentes sur le nombre requis de colonies d’abeilles par hectare. Ces différences peuvent s’expliquer par les conditions variables dans lesquelles les expériences ont été menées. Les chiffres ci-dessous résultent d’une compilation des recommandations issues de différentes recherches. Culture nombre recommandé de colonies d’abeilles par ha
pomme

poire

cerise

amande

groseille noire

concombre

courge

luzerne

colza

tournesol

2 ou plus

1 à 5

2 à 3

5 à 8

6

jusqu’à 10

2 à 4

4 à 8

2 à 6

1 à 4

3 Contribution des abeilles domestiques ainsi que des autres insectes à la pollinisation?

3.1 Diversité des butineurs de fleurs

Dans les cultures fruitières, ce sont avant tout les abeilles domestiques qui assument la pollinisation. Les recherches montrent que leur participation à la pollinisation atteint 75 à 90%. Les bourdons, les abeilles sauvages et les Syrphidés eux aussi y prennent une part active. Quant aux scarabées et aux papillons, leur contribution ne pèse pas lourd dans les cultures de fruits [14] [26].

Il en va différemment dans les prairies riches en fleurs. Là, le rôle des abeilles sauvages, mouches, coléoptères et papillons est nettement plus important. La présence de ces insectes dans une région dépend étroitement des conditions écologiques et de la flore disponible.

3.2 Les abeilles

Les espèces d’abeilles

Il y a environ 30’000 espèces d’abeilles (Apidae) de par le monde. Plus de 1000 sont présentes en Europe ; rien qu’en Suisse on en dénombre 580 [24]. Parmi celles-ci, à côté des nombreuses espèces d’abeilles solitaires, il y a la branche des bourdons (Bombus), avec 31 espèces en Suisse, et la branche des abeilles mellifères (Apis) avec une seule espèce européenne, Apis mellifera. Comme toutes les abeilles nourrissent leurs larves avec un mélange de pollen et de nectar, auquel elles ajoutent parfois une sécrétion glandulaire, toutes les espèces sont pollinisatrices.

Mode de vie

Une grande majorité des espèces d’abeilles vit en solitaire, quelques groupes seulement présentent des formes de vie sociale différentes. Entre les espèces à haute sociabilité avec des communautés pérennes (la branche Apis), et les espèces vivant purement en solitaire, il y a tous les stades de socialisation. Les bourdons ou certaines Halictes (la branche Halictus, Lasioglossum) démontrent une sociabilité primitive, alors que d’autres abeilles sont quasi-sociales, plusieurs femelles utilisant un nid commun et soignant ensemble la progéniture.

Avantages des formes évoluées de socialisation pour la pollinisation

En raison de leurs grands effectifs, de leur longue saison de vol et de la diversité des fleurs qu’ils visitent, les insectes sociaux sont les pollinisateurs les plus efficaces. Les abeilles domestiques, seule espèce à passer l’hiver en communauté, butinent les fleurs en grand nombre dès la sortie de l’hiver. C’est une des raisons pour lesquelles on attribue 90% des pollinisations des cultures de masse à floraison précoce (les arbres fruitiers en sont un exemple) aux abeilles domestique.

Fidélité des abeilles aux fleurs

Les abeilles domestiques sont extrêmement fidèles à leur source de nourriture. Dans la plupart des cas, leurs pelotes de pollen ne contiennent qu’une seule sorte de pollen. De temps en temps et dans une faible proportion des pelotes, un mélange peut avoir lieu. De telles pelotes apparaissent parfois bicolores. Près d’une source de nourriture abondante et attractive, les abeilles récoltent le pollen pendant une longue période, sur une surface de quelques mètres carrés seulement. Lors d’un vol, elles récoltent soit du pollen, soit du nectar. Souvent, les abeilles s’en tiennent plusieurs jours ou même pendant toute leur vie de butineuse, à un seul type de collecte.

Avantages et inconvénients des différentes abeilles pour la pollinisation

Les différents groupes d’abeilles sont pourvus de différentes propriétés pour la pollinisation : + = avantages, – = désavantages pour la pollinisation L’abeille domestique

+ grand nombre d’individus dès le printemps, passe l’hiver en communauté

+ fidèle à une espèce de fleur

+ haute activité de récolte : une abeille peut visiter 3’000 fleurs par jour, une colonie 10 à 30 millions de fleurs

+ rapide exploitation des sources de nectar et de pollen grâce à une communication performante entre individus

+ même les butineuses de nectar transportent le pollen

+ poilue sur tout le corps, le pollen adhère bien

+ les colonies sont transportables, par exemple dans les cultures de fruits pendant la floraison

– comportement « sideworker » parmi les butineuses de nectar : elles apprennent à récolter le nectar de certaines fleurs depuis le côté, sans pour cela toucher les étamines

– fidèle à une variété : peut conduire à une diminution de pollinisation croisée dans les cultures de fruits

– activité de vol uniquement au-dessus d’une température de 12°C

Les bourdons ne sont pas aussi constants que les abeilles domestiques: plus de 40% de leurs pelotes de pollen peuvent contenir un mélange de pollens [9]. Fréquemment, on constate chez eux aussi une répartition des tâches de butinage, soit pour le pollen ou le nectar.

Le bourdon

+ en été, plusieurs centaines d’individus disponibles par colonie

+ gros, lourd, ils ouvrent certaines fleurs par leur poids, par exemple les mufliers

+ haute activité de récolte : un bourdon peut visiter environ 4’500 fleurs par jour, une colonie environ 90’000

+ activité de vol déjà depuis une température de 6°C environ

+ même les butineuses de nectar transportent le pollen

+ tout le corps poilu, le pollen adhère bien

+ longue langue, particulièrement adaptée à la récolte dans les tubes floraux, par exemple chez le trèfle violet

+ les colonies sont transportables, par exemple dans les serres

– seules les reines passent l’hiver, au printemps, aucune ouvrière n’est encore disponible

– peu fidèles à une espèce de fleur

– de temps en temps, comportement de « sideworker »

Les abeiAbAbeilles sauvages (les abeilles des murailles Osmia, les abeilles des sables Andrena, les antophorines Anthrophora)

+ adaptations spécifiques aux plantes, à la période de floraison et aux conditions locales

+ haute activité de récolte : les femelles de certaines espèces butinent jusqu’à plus de 5000 fleurs par jour.

+ transport sec de pollen (pas de pelotes)

– mode de vie solitaire, peu d’individus

– variations de population dans le temps et dans l’espace

– en général pas fidèles à une espèce de plante

4.1 Importance de la pollinisation par les abeilles pour les plantes cultivées

Production par 1000 tonnes

Pollinisation par les abeilles [20]

Pollinisateurs observés [10] [11]

Pomme

9321

+ + +

M B S
Poire

2631

+ + +

M B
Cerise

546

+ + +

M
Abricot

599

+ +

M
Amande

347

+ + +

M
Citron

1547

0

M B S
Orange

5165

0

M B S
Framboise

61

+ +

M B
Fraise

710

+ + +

M S
Groseille rouge

180

+ + +

M B
Raisin

24236

+

M S
Féverole

1499

+ +

M B S
Châtaigne

119

+ +

M
Trèfle violet

?

+ + +

M B S
Luzerne

?

+ + +

M B S
Coton

1041

+ +

M B S
Melon

1654

+ + +

M
Concombre

1372

+ + +

M S

M :mélifères B :bourdons  S :sauvages

4.1 Importance de la pollinisation par les abeilles pour les plantes cultivées : quel pollinisateur va sur quelle fleur ?

Production par 1000 tonnes

Pollinisateurs

Pomme 9321 M B S
Poire 2631 M B
Cerise 546 M
Abricot 599 M
Amande 347 M
Citron 1547 M B S
Orange 5165 M B S
Framboise 61 M B
Fraise 710 M S
Groseille rouge 180 M B
Raisin 24236 M S
Féverole 1499 M B S
Châtaigne 119 M
Trèfle violet ? M B S
Luzerne ? M B S
Coton 1041 M B S
Melon 1654 M
Concombre 1372 M S

M : mélifère B : bourdon S : sauvage

Conclusion : L’importance de l’insecte est capital non seulement pour notre écosystème mais pour la survie de notre espèce car il est le lien essentiel entre .

 

NDE Louis Famoso. Mort, l’ange Gabriel lui révèle l’avenir de l’humanité.

Depuis des décennies, les “Near Death Experience” NDE sont légions. Tout le monde a entendu parler des sorties hors du corps lors d’attaques cardiaques ou autres traumatismes. Mais rares sont celles qui sont prophétiques.  

Les médecins ont noté plusieurs stades de la conscience after life. Ces étapes, outre les cinq étapes du deuil pointées par elle,  ont été décrites par le docteur Élisabeth Kubler-Ross.

 https://fr.wikipedia.org/wiki/Elisabeth_K%C3%BCbler-Ross

En ce qui concerne les NDE, les témoignages s’élèvent à plusieurs millions de cas à travers le monde. Voici les principaux stades, selon le docteur Kubler-Ross.

Voici les stades d’une NDE type :

-Arrêt cardiaque

-Décorporation et vue de haut de la scène

-Passage dans un tunnel à la vitesse de la lumière

-Vision d’un être de lumière

-Examen de vie et prise de conscience de l’effet domino sur les autres (je n’aurais pas voulu être à la place d’un tyran!) Examen de l’amour de soi et de celui des autres.  Évaluation de la spiritualité. Désagréable effet miroir en ce qui concerne la critique d’autrui.

-Accès à la connaissance de tout l’univers, de toute sa science, sa complexité; de la conscience du virus à celui de la baleine ainsi que de toutes les pensées de toutes les créatures de l’univers depuis la naissance de celui-ci.

-Sensation indescriptible de plénitude et d’harmonie.

-Interdiction pour certains de pénétrer dans le Paradis. Chute dans un lieu sans amour, glacé ou cuisant suivant les témoignages. Obsessions de la critique d’autrui, de la haine, de l’avoir, du sexe, de la drogue., etc

-Vision de l’avenir dans de rares cas.

-Retour dans le corps.

Sourire est dangereux pour vous!

Voilà analysé, avec ironie, le cynisme de ceux qui nous gouvernent.

L’homme a créé une nature artificielle. 

Konrad Lorenz parlait de “dégénérescence” ce que Wikipedia FR résume par : “l’homme civilisé, n’étant plus contraint par l’environnement sauvage, a été forgé par la sélection artificielle produite par la civilisation elle-même.

Source et beaucoup plus.

La domestication est le résultat d’une sélection artificielle humaine : en privilégiant la reproduction de ceux qui ressemblent le plus à l’objectif de vie facilitée avec les humains, certains traits sont favorisés. Donc, si les traits recherchés peuvent être influencés génétiquement dans l’espèce considérée, alors, en fonction d’un certain nombre d’autres conditions, l’espèce pourra parfois être domestiquée, graduellement, en quelques petites dizaines de générations.

Comme le remarquait Lorenz (citation ci-dessus), les modifications apportées par la domestication vont généralement au delà de celles recherchées : il est généralement constaté que les animaux domestiqués sont moins intelligents que les sauvages, Roberts et al. (2010) ont montré de profondes différences dans le cerveau des chiens, etc.

Dans les sociétés établies, la violence n’est plus récompensée génétiquement mais au contraire punie (en visant l’impact sur le confort social : réduction de ressources, prison pendant les années reproductives, etc.). Comme la tendance à la violence est partiellement d’origine génétique (au moins 40% d’héritabilité, selon Rhee & Waldman, 2002), les différences reproductives entraîneront sa baisse progressive au travers des générations.

  • Ceux qui sourient sont ceux qui vont perdre
  • Ceux qui sourient seront moins agressifs
  • Quand l’un sourit, l’autre en profitera et sera plus agressif
  • Sourire n’est pas lié au caractère de la personne qui sourit mais à son opposant, elle s’incline devant son opposant. 
On en déduit donc que le sourire envoie un message de soumission du à la reconnaissance de sa propre infériorité dans la rencontre qui s’annonce, et que l’autre sait lire cet indice.


Historiquement, la pacification marque l’apogée d’une civilisation et de nombreux auteurs pensent qu’elle ne peut que provoquer et/ou favoriser une décadence fatale.

 
Soyons sauvages ! Pour être intelligents…
                             Reblogé par Jean Henrion.com

Note de jeanhenrion.com : Sourire fait du bien à l’âme, c’est tout simplement un signe de détente intérieure.

Comment Trump a changé le roman national américain

 

Trump et le serment de fidélité à la Constitution brisé

Trump a provoqué une rupture fondamentale et une cassure historique en Amérique

                                                                                                                                                           Chaque pays a son mythe fondateur, un récit qui sert de base à son identité nationale. Souvent, au regard de l’examen historique, il ne tient pas debout. Mais cela n’a pas d’importance. Il aide une nation à définir ce qui la constitue – et qui ne la constitue  pas.

Dans de nombreux pays, en particulier en Europe, l’identité est  basée sur des mythes, la race, l’ethnie, l’appartenance tribale ou une expérience qui informe la population respective qu’elle fait partie de la nation. En Allemagne, le sujet était au 19ème siècle, la bataille de la forêt de Teutoburg et cela qui était perçu comme l’identité. En 9 après JC, près d’Osnabrück,  les Allemands, conduits par Cheruscian prince Arminius, ont battus les Romains et ainsi obtenu leur indépendance et  leur compétence territoriale.

En Roumanie, le mythe fondateur est que les Roumains sont  les descendants des Romains. Les nationalistes irlandais du 19ème siècle ont tenté de remonter leurs origines au pays aux Celtes.

Les États-Unis, cependant, à cet égard, ont toujours été un cas particulier. Leur mythe fondateur n’est pas dû à une propriété particulière ou à un groupe, mais il se base sur simple  un document : la Constitution. Pour être un Américain, il suffit de croire à la démocratie, qui est dans la Constitution – peu importe d’où vous venez. Race, religion, origine ethnique : Tout cela est selon  le récit américain sans importance.

La croyance en l’unicité de drapeaux oscillants au vent du  patriotisme, l’allégeance dans les écoles et la transition pacifique du pouvoir sont des expressions de la croyance que l’une des plus anciennes démocraties du monde lui confère un droit sur les autres États du monde. Et tout cela est basé sur ce qu’ont écrits écrit les pères fondateurs souvent cités dans la Constitution.

Une manifestation grotesque de mépris croissant pour la démocratie

Un des grands moments de choc de la campagne présidentielle précédente est la réalisation que le mythe fondateur américain et la démocratie américaine ne sont pas aussi robustes que les Américains le pensaient. Donald Trump menace de détruire les deux.

Il est seulement une manifestation extrêmement grotesque de mépris croissant pour la démocratie, sentiment qui a émergé ces dernières années dans l’aile droite américaine. L’opposition à la démocratie a été soutenue par un parti républicain qui n’a jamais reconnu Barak Obama comme le président légitimement élu aux États-Unis. Trump l’a d’ailleurs traité récemment de « Soi-disant président. »

La popularité de Trump est le résultat d’un Congrès dominé par les Républicains, qui paralysent le gouvernement, par les animateurs de radio qui diffusent depuis de nombreuses années une théorie du complot après l’autre et par les militants du Tea Party qui rendent le consensus démocratique ridicule. Du côté républicain, l’anti-intellectualisme opportuniste est maintenant tellement enraciné, que toute personne qui propose une ‘expertise, récolte la suspicion et l’hostilité ouverte, en particulier les journalistes.

Sa rhétorique ressemble de plus en plus à la langue d’une dictature: Il a annoncé vouloir emprisonner son opposante Hillary Clinton, s’il gagnait l’élection. Il a affirmé que l’élection était truquée, que ses disciples devraient surveiller les bureaux de vote et qu’il remettrait les «médias corrompus» à leur place. Il s’adresse à une proportion importante de la population qui est dans le marasme et qui se sent abandonnée par la direction du pays. Il se présente comme une victime de la mondialisation menacée par l’évolution démographique.

Trumps slogan “Make America Great Again” pourrait être interprété comme  basé sur le mythe fondateur américain. Mais une grande partie de ce qu’il dit, est en contradiction directe avec la Constitution : son plan d’une interdiction d’entrée pour les musulmans, la surveillance accrue des citoyens des États-Unis et l’usage excessif de la torture. En fait, le «grand Américain» à la Trump veut revenir en arrière : pas d’immigrants et de noirs. Il plaide pour un monde dans lequel les hommes blancs n’ont pas à mettre  en place la diversité cosmopolite des États-Unis, mais de se battre pour  leur supériorité naturelle présumée.

Trump propose un  tout autre récit de l’identité américaine que la Constitution, celui qui est fondée sur la race et la religion.

«Une puissance mondiale” a volé la classe ouvrière américaine !

Plus sa campagne avance, plus il devient clair que l’électorat  de Trump a compris ce message. De nombreux journalistes et intellectuels juifs ont fait remarquer que l’antisémitisme a atteint un niveau record aux États-Unis,  jamais connu auparavant. Dans les médias sociaux leurs noms sont marqués avec une triple parenthèse, la version Twitter de l’étoile jaune, qui a été utilisée par les nazis. Trump, lors de la campagne, avait été populaire avec Twitter et une photo d’Hillary Clinton sur un fond d’argent liquide. Le prix de «la candidate la plus corrompue de tous les temps”, et à l’arrière-plan resplendit une étoile de David.

En outre, le 13 Octobre 2016, Trump a montré, lors d’un événement de campagne à West Palm Beach, en Floride, son vrai visage : « “Une puissance mondiale”  a volé la classe ouvrière américaine, a-t-il dit. Clinton rencontrerait secrètement les représentants des banques internationales et a pour plan de détruire la souveraineté américaine. L’élection présidentielle serait manipulée et contrôlée en fait par un petit nombre d’acteurs mondiaux. De telles affirmations antisémites sont typiques des droits alternatifs aux États-Unis – débarqué et certainement pas par hasard sur le prompteur de Trump. Selon “BuzzFeed” le discours de Stephen Bannon a été écrit le chef de la campagne de Trump,   normalement chef de Breitbart Nouvelles.

Et puis il y a les récentes déclarations de Trump, Clinton a été «drogués» au cours du deuxième débat télévisé. Encore une fois, ces déclarations sont  basées sur le langage de l’extrême droite. Sur le site Web Mad World Nouvelles ces allégations absurdes ont déjà été publiés. Sur le même site, l’affirmation raciste répandue, que Michelle Obama était en fait un homme.

Cette liste pourrait se poursuivre indéfiniment. Il est clair que la vision de Donald Trump de l’Amérique ne se fonde pas sur la Constitution, mais sur l’idée que “l’Amérique blanche” est attaquée de tous les côtés doit être sauvée de l’établissement du cosmopolitisme. Son «mouvement patriotique» est une croisade sur l’identité. Il est ouvert à tous ceux qui rêvent d’une Amérique qui n’est pas démocratique et libérale, mais pour redonner le pouvoir aux hommes blancs.

Trump a changé le récit américain.

Un bref rappel : En 2000, la Cour suprême avait finalement fait basculer l’élection présidentielle en faveur de George W. Bush. Son rival, le démocrate Al Gore, avait déclaré, après le verdict, avoir pris la décision d’accepter sa défaite : «Dans l’intérêt de l’unité de notre peuple et de notre démocratie, je l’avoue, ma défaite.”

Il n’est vraiment pas certain que Trump, qui, lui,  a changé le récit américain fasse preuve d’un tel faire-play : d’un pays qui est basé sur la Constitution – lui qui veut aller vers une patrie de Blancs. Ainsi, il sera impossible pour lui de souscrire à une défaite.

S’il est destitué, il provoquera une guerre civile. N’oublions pas que les Américains sont le peuple le plus armé du monde et que les marchands d’armes sont suffisamment cyniques et machiavéliques pour laisser provoquer un conflit qui gonflerait encore davantage leurs bénéfices.

Par conséquent, il est également difficile d’imaginer que ses disciples disparaissent tout simplement des écrans en cas d’invalidation de sa présidence. Même si Trump rejette le rôle de leader – son mouvement de redéfinir l’Amérique va persister.

L’histoire a montré que le changement d’un mythe national est une affaire extrêmement difficile et souvent sanglante. Ceci est le véritable héritage

Jean Henrion

Une armée de 66 000 Djihadistes en Europe, selon les services secrets britanniques.


Une armée de 66 000 Djihadistes en Europe

Le désir de la chancelière allemande d’une armée européenne qui serait sous la direction allemande et française ne tient pas compte d’une armée qui existe déjà en Europe dans le silence et les actes. L’armée des djihadistes. Elle compte maintenant 66 000 hommes en France, Belgique, Grande-Bretagne et en Allemagne. Elle est par ce fait plus importante que les armées autrichienne (26000), portugaise (38000) et néerlandaises (44000).

La saisie récente d’un stock de 10 000 armes en Espagne, armes destinée aux mafias et au terrorisme, laisse craindre le pire.

Selon les services secrets britanniques 23.000 extrémistes islamiques et terroristes potentiels vivent dans le pays maintenant. Ce chiffre révèle la véritable dimension de la menace auquel le pays est confronté.

Avec 15 000 à 20 000 islamistes de la situation en France ne semble guère meilleure.

En Belgique, le nombre des djihadistes figurant sur la liste antiterroriste est monté de 1875 en 2010 à 18 884 en cette année 2017. Seul dans le quartier de Molenbeek à Bruxelles, la police a répertorié 6.168 islamistes. Près de 19000 djihadistes, prêts à tout jusqu’à la mort, sont compensés par environ 30 000 soldats belges…

Selon Hans-Georg Maßen, Président de l’Office Fédéral de la Constitution en Allemagne, le nombre de fidèles considérés comme islamistes en Allemagne et encore « gérable » en 2011, était de 3800 et il est passé à 10 000 en 2017– et a par conséquent presque triplé, et devenu ingérable !

Les islamistes ont réussi, grâce aux exultations des gouvernements irresponsables et de leurs médias, imbibés de culture tolérante, accusant quiconque critiquait l’islam d’islamophobie et de racisme, à construire une infrastructure terroriste puissante dans les villes européennes. En ce qui concerne la culture “tolérante”, elle n’a été qu’un argumentaire minable justifiant depuis le XVIIIème siècle la jouissance sans fin de la Bourgeoisie. La culture de la tolérance n’a qu’une seule obsession : minimiser la conséquence de ses actes, encore mieux l’anéantir. C’est pour cela que ce type de pensée a de la haine pour le catholicisme, qui est une religion qui pose la conséquence comme centrale, la confession est un sacrement essentiel pour cela.

Dans leurs bases terroristes, coupées du reste de la société -eux ce sont des purs, opposés aux impurs qui sont tout juste bons à leur financer les aides sociales lesquelles ne sont pas impures-, ces enclaves multiculturelles prospèrent sans être dérangées, régies par les règles de l’islam fondamentaliste et de la charia. Tout comme dans Tower Hamlets, l’antre des talibans dans l’est de Londres, dans les banlieues françaises ou à La Haye où se situe le « Mini Califat » ou encore le « triangle de la Charia » aux Pays-Bas.

Ces islamistes peuvent – grâce à l’ouverture des frontières et à la liberté de se déplacer – obtenir leurs armes des Balkans, de l’Italie ou de l’Espagne sans problème. Ils sont financés par leurs mosquées, qui sont soutenues par le Qatar et l’Arabie Saoudite. Et la fourniture de « capital humain » se fait par l’immigration non contrôlée à travers la Méditerranée.

23.000 djihadistes potentiels en Grande-Bretagne, 18.000 en Belgique, 10.000 en Allemagne, 15.000 en France. Qu’est-ce que cela nous dit ? Il pourrait y avoir déjà la guerre dans les « prochaines années » en Europe, comme le général de l’armée suédoise Anders Brännström l’a fait savoir à ses hommes.

Que les djihadistes veuillent conquérir l’Europe, n’est plus du domaine de l’impensable. Maintenant les Européens récoltent ce qu’ils ont semé : ils ont réussi à empêcher Geert Wilders et Marine Le Pen de parvenir au pouvoir, les seules personnalités politiques en Europe qui étaient prêtes à combattre l’islam radical. Et si ces djihadistes armés, demain matin, attaquaient le Parlement à Rome, les bases de l’armée en Allemagne, les écoles à Londres ?

La Guerre des Innocents

Il est à craindre que la stratégie soit la suivante : attaquer une école primaire, un collège ou un lycée, un couvent ou un centre de vacances. La Guerre des Innocents a d’ailleurs déjà débuté par les massacres aveugles commis à l’aide de véhicules. Il s’agit avant tout de produire de l’indignation en frappant des innocents pour faire monter le racisme et donc faire basculer les musulmans modérés dans le camp du djihad.

Les islamistes ont réussi à déstabiliser les États européens et de faire réécrire les règles de la liberté d’expression par la mise en place de diverses mesures de sécurité autorisant les États à contrôler internet, ce qui divise profondément la société et dresse le peuple contre les élites, accusées de totalitarisme.  L’on a maintes fois, au cours de l’histoire, vu des États envahis par des minorités agressives qui ont fini par les contrôler. Une invasion efficace se fait par la perversité, la corruption, la transformation, via la lâcheté des dirigeants qui contrôlent les médias, de la perception que les membres de cet État ont d’eux-mêmes, une invasion efficace est culturelle, elle ne se fait par les armes qu’en dernier recours.

Les islamistes ont réussi à déplacer les champs de bataille du Moyen-Orient à l’Europe elle-même.

La moitié des soldats français en intervention sont dispersés dans leur propre pays affectés à des opérations de surveillance. En Italie, plus de la moitié des soldats sont eux aussi occupés par le même type d’opération. Cela montre qu’une sale guerre se met en place, une guerre marécageuse, une guerre entre chien et loup, ou les ennemis sont nulle part et partout. Ils sont doctorants à l’université ou petits malfrats. C’est comme un virus intelligent qui s’infiltre dans notre système vasculaire. C’est le principe même du cheval de Troie.

Après le 9/11, les États-Unis se sont décidés à combattre les islamistes en Afghanistan et en Irak mais pas à Manhattan. L’Europe est à l’opposé et a accepté que leurs propres villes, grâce à l’immigration incontrôlée, une nouvelle Mossoul.

Si les hommes politiques européens ne sont pas bientôt prêts à détruire l’ennemi, un « scénario afghan » sera mis en place par les islamistes à partir des zones qu’ils contrôlent et d’où ils planifient leurs attaques terroristes contre les villes, et d’ici l’été, de terribles choses pourraient se déclencher. L’Europe pourrait connaître un scénario similaire à celui de Daesh en Irak – il y avait seulement un tiers de la superficie du pays qui contrôlait au final l’ensemble du pays.

La question clé sera de savoir si les millions de musulmans modérés se joindront aux djihadistes se joindre à eux ou mourir dans le déshonneur de ne pas avoir servi l’islam. Vont-ils se retourner contre leurs coreligionnaires et se battre pour nous et la liberté de l’Europe ?

                                                                                      Jean Henrion

 

À la recherche de la France dans mon homme sauvage -Poème pour la France.

 

À la recherche de la France dans mon homme sauvage

 

Une cuiller d’or papillonne au fond du fleuve

Et dans le placenta de cette mystérieuse profondeur

S’enfonce l’histoire de ceux qui m’ont construit.

L’or des siècles qui a sombré dans le naufrage du temps

Exige une cage d’être pour atteindre l’amphore de ce passé

Ensevelie dans la vase de l’oubli.

Les anguilles glissant du cadavre comme calligraphies du passé ?

De la charité, du meurtre, de la gloire ou du déshonneur

Plantés comme des hameçons

Dans ma langue blessée?

L’histoire est christique, elle porte tantôt une couronne d’or,

Tantôt une couronne d’épines

Et le ventre du monde marin

Absorbe cœur et cerveau.

L’intelligence n’est-elle pas tant l’enfant du cerveau que du cœur ?

 

L’équation d’un sourire ne répond pas à une science mais à l’énigme d’un être…

 

Une nuit profonde se place maintenant sur la ronde passoire du monde

Et son ombre nous couvre comme une conserve gonflée par le malheur,

Déploie une nuit ou le profit mime la vie

Ou l’avidité bat la lividité de la vertu

Et le détachement devient son propre crime.

On veut nous accoucher d’une non-identité

Qui serait notre nouvelle entité,

La tortue doit devenir une limace.

 

 

 

Le monde est parcouru d’arcs grésillant de Tsars qui grillent

Les câbles des neurones.

La poussière du monde enfante une tôle rouillée par les sabots du mensonge.

La peur électrique produit des forages dans le bitume des angoisses

Et la vie magnétique des soleils qui s’enfoncent dans le gosier des horizons.

 

Le crime des banquiers est un cancer qui ronge la profondeur d’un beau visage,

C’est une tyrannie vierge de sang où des poignards

Sans mains arpentent les hectares de nos angoisses.

Là, le champ de bataille est un arbre où l’on se pend,

Un hôpital où l’on meurt d’injections de soucis.

On a perdu jusqu’à la clé de la charité

Et nos serrures grincent d’insatisfaction.

 

 

France,

Enfin doucement tu t’abandonnes

À cet amour fécond qui foisonne

Et te donne et te moissonne et te sonne.

 

Et la vie est puissante dans tes yeux

Et le village de ton visage

Te sourit un chemin merveilleux.

 

Ton âme est cette vieille église

Où des diables pierreux de passage

Respirent ton âme éprise et grise

Comme une ardoise où Dieu partage

 

Sa joie de toute prière émise :

Une fleur vit de boue et de lumière !

Je connais ton âme, ange et sorcière,

Et ma chanson glisse vers sa lumière.

 

La force des actes réside dans la puissance de l’âme

Et je cherche le verbe dans les pulsions de mon pays.

J’ai fracassé le charbon pour découvrir le diamant

Et percé mon cœur jusqu’au sang.

J’ai jonglé une grammaire immense

De dates, de victoires et de défaites

Et mon pays est épousé de forêts

Aux corsets verts où sont nouées des réponses

Qui s’interrogent.

J’ai parcouru des forges de villes

Et des hameaux de feu

Où les enseignes grincent enchaînées aux étoiles,

Et brûlé sa carte de mon haleine impatiente,

Sa carte aux six côtés et qui a tatoué mille cathédrales

Dans son épiderme de pierre et d’argile

Et ses plaines accentuent

La ponctuation déchirée de ses montagnes.

 

Tu m’as initié à la clarté de ton âme,

Au regard vivant de tes morts

Et à la souplesse de ces syllabes

Dont l’osier est tressé dans chaque phrase.

 

Le vin du Rhin se dissout dans les yeux clairs de la Germanie

Et l’amphore de la Provence sonne comme une cloche

Bourrée de parchemins,

Et le taureau des rires lutte à mort avec la foule des pleurs,

Et la fière flamme allumée du pèlerin,

Torero arqué sur son courage

Face au taureau de la nuit

Où sont secoués les fruitiers de la miséricorde.

Les cils des ponts sont jetés sur les fleuves

Et je survole la France comme un astre

Sous le sperme des étoiles.

 

Forge de la France

 

Notre mémoire est le nid où pondent nos émotions.

  1. F. une fois tu m’as regardé, nos regards se sont croisés

Et nos émotions se sont atteintes comme le baiser d’une libellule et d’un papillon.

Nous nous sommes perdus comme deux flocons

Tombés l’un sur l’Everest et l’autre sur l’Anapurna.

Du plus profond de mon âme, depuis ce jour-là, je hais les hasards de la vie parce qu’ils font parler les devins et rendent muets les sages.

Et tous les jours, je les bénis tout de même, ces hussards de hasards.

Le hasard est un crampon tapé dans les flancs de la cime

De je ne sais quelle montagne.

Un sentier plein de caries qui nous promet je ne sais quel paysage sublime.

Comme tu étais française et que j’étais allemand,

Nos baisers auraient été comme ceux d’un hêtre et d’un chêne.

J’ai cherché la France, j’ai cherché l’Allemagne, j’ai découvert le monde.

Certains êtres ont l’utilité d’un levier,

D’autres ceux d’un plan.

Ta tête d’amour était dans le fourreau de ta merveilleuse chevelure

Noire

Byzantine

De basalte

De charbon,

Tu m’infligeais ta brune beauté

Et je souffrais de ma blonde timidité.

Je te sculptais comme une Isis

Lumineuse dans mes rêves noirs,

Dans leur basalte noir

Et le grès rose de tes lèvres

Me parlait

Comme le parfum d’une fleur dialogue

Avec la carapace de bronze d’une abeille,

Et ma tendresse évidente

Était celle de la pierre qui se fossilise

Pour faire frémir l’imagination des hommes.

Et l’amour me répondait

À la place de la mort.

Tu incarnais la France

Et la rime qui embrasse

Les lèvres de l’idée.

 

Des pirates veulent me retirer la toge de mon esprit

Agrafée à mes épaules avec la fibule de mon Histoire

Et moi je désire m’imprégner de l’éternité avec le parfum de mon pays, M’imprégner du duvet des galaxies avec les chants de mon pays,

Trouver l’équilibre entre le subjectif et l’objectif

Avec les poètes de mon pays. .

La fausse-couche du jugement, n’est expulsée que lorsque la densité

Du subjectif contracte celle de l’objectif.

J’ai vraiment aimé ta lumière qui faisait osciller ton cœur

Et ta ferveur, lesquelles participaient à la danse de ma galaxie.

J’ai échappé grâce à toi au meurtre de ma différence,

Je voyais déjà le couteau de la banalité percer le corps de ma médiocrité.

Mon fleuve a toujours coulé vers l’amont

Et il a découvert des formes inexpérimentées des hommes.

Chaque syllabe expérimentée est un verbe de l’univers

Et un adjectif de mon moi en accord avec le cosmos.

Épuise-moi, Univers et ma France et mon Allemagne !

À la Renaissance, la guerre c’était le loisir des Puissants.

Après la Révolution, la guerre fut le loisir des Peuples.

Le drame de l’homme, ce n’est pas la mort, c’est l’immortalité.

L’immortalité de l’homme a pour sœur siamoise l’immoralité de l’homme.

À travers l’or, le diamant, l’art, la prière, la promesse de mille ans de bonheur.

L’homme est prêt à toutes les destructions pour financer ses prostitutions.

 

“Le silence de ces espaces infinis m’effraie.” disait le philosophe Blaise Pascal vers 1650 en observant les étoiles. Moi, il m’émerveille, le silence des étoiles. Le silence permet à une âme de s’épanouir comme une fleur sous un arbre immense. La nature est un grand musée et chaque fleur est aussi mystérieuse que la Joconde. Chaque architecture aussi complexe qu’une cathédrale. Qui irait briser une sculpture de Michel-Ange ? Lacérer une toile de Raphaël ? Alors pourquoi arracher un olivier à sa lumière et jeter un papillon à terre ?

Ceux qui savent accorder la grammaire du passé ne savent pas accorder le poème de la vie au diapason des réponses du présent.

Je te parle de mes équations et de mes chiffres mystérieux qui n’expliquent pas les mystères mais les implosent. Ras le bol du téléviseur du présent, ce crieur public qui hurle les mésententes, les guerres et les morts jusque dans mon salon avec le lexique usé de la raison.

Je ne veux plus tremper mon pinceau dans des huiles étranges, dans des langages qui ne me parlent pas, dans des flaques qui ne reflètent pas mon visage.

Les mythes modernes, ce ne sont que des mèches qui désirent l’implosion du passé. Des fables du présent qui promettent de féconder l’avenir.

Dans la ruche de la vie, il y a toujours des faux-bourdons qui fécondent l’avenir. Et des abeilles qui fabriquent l’alchimie du devenir. Devenir, c’est se dissoudre en Dieu.

L’impatience des corps tente de corriger les faiblesses que nous avons à l’égard du Verbe.

J’ai passé. Ma lumière s’éteint. Plus mon corps se consume de vieillesse, plus je suis densifié de devenir, ma conscience est mon huile qui éclaire le labyrinthe de mon destin.

 

Femme du Président, toute une aura de leds t’illumine.

Un reste de jeunesse fulmine encore

Contre le brouillard de temps qui t’absorbe.

Vous organisez la matière,

Moi je plonge dans l’antimatière.

Moi je n’ai rien à vous proposer

Que l’esthétique de mes moulures verbales

Et l’effarouchement de votre souffrance avec les cris du détachement.

 

Parce que la mortalité des choses

Te renvoie à l’immortalité de tes conséquences.

Ta puissance est une jouissance de sable

Et la possession du paradis terrestre enfante les puissances de l’enfer, me dis-tu.

Tu as participé, en bien ou en mal, à ma vie, conscience bavarde. J’ai appris de toi l’amour et comment coudre la vie à la peau du corps, comment doser la chaux du désarroi et le sable instable du temps pour monter le mur des certitudes friables. Tu es née dans la riche terre de mon pays. Où des boulangers de pierre ont façonné la pâte des églises qui semblent si frêles dans un matin qui a mille ans. Oh, tu as été mon école, mon étole ! Nous sommes nourris d’un certain un degré d’ombre, m’as-tu appris,

Et incapables de calculer la lumière

Mais notre bêche qui creuse notre tombe

Déterre aussi de la lumière.

Jean Henrion le 6 juin 2017

Afrique=démographie, Occident=confort stérile

La vie est un risque à courir

Sans enfants…

Bernanos, le grand écrivain catholique, disait que « la vie est un risque à courir, pas un problème à résoudre ». Lui avait eu six enfants avec une descendante du frère de Jeanne d’Arc et était parti comme un émigrant à plus de cinquante ans pour fuir la vilénie de Munich. Peu lui importait s’il toucherait sa retraite. Comme dit mon ami Miguel en Espagne, les grands-parents « seguian adelante ».

Et c’est pour l’avoir considéré, cette vie, comme un problème étatique que nous allons disparaître, ici ou ailleurs.

Notre disparition se rapproche rapidement.

La stérilité de l’Occident

On apprend que les dirigeants des quatre plus grandes puissances européennes (France, Allemagne, Italie, GB) n’ont pas d’enfant : belle démonstration de cet anéantissement qui est la marque de notre civilisation du rien, du vide, du confort et de la nullification de la qualité.  Ce sont les mêmes imbéciles pédantesques, ces êtres sans descendance donc, qui prétendent nous conduire vers l’avenir, la liberté (nous allons vous contrôler pour que vous soyez plus et mieux libres), le camp européen de déconcentration, le futur transhumain, et la situation économique qui va toujours mieux.

Je ne dénonce évidemment pas l’absence d’enfant chez tel ou tel couple. Certains ne peuvent pas, d’autres ne veulent pas en avoir ; mais dans le cas de nos sinistres cadres politiques, on voit qu’ils ne doivent pas en avoir. Cela fait visiblement partie du « contrat » de ceux qui vendent leur âme aux oligarchies dirigeantes.

Voyons-en les causes grâce à un auteur australien de 1890.

Charles Henry Pearson est un universitaire britannique établi en Australie à la fin du siècle colonial. Il analyse avant Kojève et Fukuyama la Fin de l’histoire, et comme Nietzsche et avant lui Tocqueville, il voit le triomphe des idées modernes, socialisme, démocratie, accompagner le triomphe de la technique et du confort moderne.

L’intérêt de ses remarques réside dans leur modération cruelle et leur clarté prophétique. Pearson annonce notre extinction.

Je résume quelques traits de son imposant ouvrage, National life and character.

Contrairement à Gustave Le Bon, Pearson a vu que l’Anglais de 1890 faisait route vers l’étatisme, pas vers la liberté. Il a compris que tout le monde sera capable de remplir un formulaire, de prendre le métro, de bosser dans un restau, ou bien de retirer de l’argent à son distributeur automatique. Parce que c’est cela la vie moderne : une liquidation de la grandeur au service de nos automatismes matériels.

Pearson rend ainsi inutile toute théorie de la conspiration. La constatation suffit : il comprend pourquoi nous nous soumettons à la dette, à l’Etat profond ou providence. Nous sommes faibles et sans fibre.

« The world is becoming too fibreless, too weak, and too good to contemplate or to carry out great changes which imply lamentable suffering”.

 «Le monde devient sans fibre, trop faible et trop beau pour contempler ou réaliser de grands changements qui impliquent des souffrances déplorables». (*)

Il en résulte la dépression, la solitude et la fin de la confiance en soi ! C’est la fin des mondes à conquérir, et Pearson écrit à l’époque de Kipling sans doute payé pour répandre de l’optimisme un peu partout : l’optimisme est toujours mieux rétribué car –je l’ai compris trop avec Céline – il fait consommer.

Dans son plus beau chapitre (The decay of character), Pearson explique de même pourquoi en 1890 Shakespeare, Lear et sa violence font démodés, pourquoi le public veut consommer du culturel light, aussi bien à Londres qu’à Paris. Othello, c’est trop ! La poésie aussi, la grande poésie épique ou romantique a disparu, remplacée par le roman de masse naturaliste et par la presse. Le philosophe cède le pas au journaliste et à la pensée rapide. Les grands hommes façon Bonaparte ou Chatham disparaissent (mêmes raisons que celles exposées un siècle après par notre sympathique Fukuyama).

“What is a society that has no purpose beyond supplying the day’s needs, and amusing the day’s vacuity, to do with the terrible burden of personality?”

 «Qu’est-ce qu’une société qui n’a d’autre but que fournir les besoins de la journée, et distrayant le vide du quotidien, en rapport avec le fardeau terrible de la personnalité?» (*)

Car le fardeau de la personnalité, c’est autre chose à porter que le fardeau de l’homme blanc ! Freud remplace Kipling.

 Tout cela est dû à la montée d’un État (le monstre froid de Nietzsche) qui nous comble de ses bienfaits : en Angleterre, toujours d’avant-garde, on est passé du catholicisme au protestantisme puis à la liberté de pensée mâchée. La monarchie puis l’aristocratie ont été diminuées, les classes travailleuses associées au gouvernement, on cherche sa petite place au soleil.

La science n’enchante pas plus nos contemporains, cinquante après Le pseudo-alunissage, qu’elle n’enchantait Pearson. Il écrit que ses résultats seront de plus en plus médiocres, à la science, et qu’elle parle finalement de mort comme la religion.

L’objectif de l’individu sera de vivre plus longtemps sans trop être détérioré (il use ce même mot). Il sera accompagné par une appréhension de l’art réduit à l’état de bric-à-brac. Voyez les expos, les musées, etc. Debord parle d’art congelé et décongelé suivant les besoins. L’obsession des gens sera donc la santé publique, c’est-à-dire surtout personnelle. « Nous ne demanderons aujourd’hui rien d’autre que de vivre au futur et de ne pas nous détériorer ». Les Global Trends des services américains ne promettent pas autre chose : on pourra même changer de rétine pour voir la nuit, nous promettent-ils ! On vivra 130 ans a dit le Figaro néocon, sans préciser qui paiera sa retraite à son immortel vacancier bronzé.

Les antipodes banalisés, ce ne seront pas les voyages qui nous consoleront ; le monde sera européanisé, écrit Pearson, avant un siècle, et tout aura disparu avec, coutumes, dialectes et surtout vêtements traditionnels. Cela est déjà parfaitement compris dans l’un des chefs d’œuvre de Théophile Gautier, son Voyage en Espagne, publié dès 1845. Pearson dit d’ailleurs que pour voyager il faut lire des guides de voyage anciens. Je suis entièrement d’accord.

Mais je lui laisse le dernier mot que je trouve excellent : le prophète et le leader sont en train de devenir des femmes de ménage : “The prophet and leader is rapidly becoming a handmaid”

Nicolas Bonnal

 

Islamisme radicalisé : inventaire des nombreuses actions des musulmans modérés contre ce fléau.

Face aux attentats terroristes,
où sont les « musulmans modérés » ?


Extraits de la vidéo du Dr. John Andrew Morrow

Je reprends un article du Saker francophone.

Traduction  fr.shafaqna.com

Après chaque nouvelle attaque terroriste en Occident, faussement commise au nom de l’islam par des hérétiques ou des mercenaires, des politiciens tentent de profiter de la tragédie en faisant de tous les musulmans des boucs émissaires et en diabolisant toute une religion mondiale, alors même que plus de 90% des victimes de Daech sont des musulmans, et que les crimes commis par l’Occident ou Israël ne sont (légitimement) pas imputés au christianisme ou au judaïsme.

[…]

Selon le Pew Research Center, 93% du monde islamique est composé de sunnites, chiites et soufis. Ce sont les musulmans orthodoxes. 7% du monde islamique est composé de salafistes, wahhabis et takfiris. Ce ne sont pas des musulmans orthodoxes. Ce sont des hérétiques. Ce sont les personnes désignées en Occident comme des islamistes, des djihadistes et des islamo-fascistes. En termes statistiques, il n’y a absolument aucun doute que l’écrasante majorité des musulmans sont tout aussi respectueux des lois que les membres de toute autre foi monothéiste. Quiconque prétend autre chose est malhonnête et trompeur.

[…]

[Ceux qui stigmatisent les musulmans] invoquent le fait que de nombreux musulmans du Moyen-Orient et de l’Asie du Sud soutiennent la peine de mort pour l’apostasie. Cependant, ils ignorent commodément l’image plus large. 71% de musulmans tunisiens, 73% de musulmans thaïlandais, 78% de musulmans tadjiks, 83% de musulmans turcs, 82% de musulmans indonésiens, 85% de musulmans de Bosnie et de Russie, 89% de musulmans du Kosovo, 92% de musulmans albanais et 96% des musulmans kazakhs s’opposent à la peine de mort pour les personnes qui quittent l’islam.

[…]

Plus de 60% des musulmans soutiennent la démocratie. Si cela semble faible pour certains, c’est parce que les musulmans ont été victimes de fausses démocraties depuis la fin de l’époque coloniale. Si 40% s’opposent à la démocratie, c’est à la « démocratie » des dictateurs et des monarques militaires à laquelle ils s’opposent, ainsi qu’à la « démocratie » de l’invasion et de l’occupation occidentales. Interrogés sur la liberté religieuse, 92,6% des musulmans ont affirmé que c’était une bonne chose. Comme le confirme le Pew Research Center, la majorité des musulmans s’opposent à l’extrémisme, au terrorisme et aux attentats suicide…

Dénoncer les islamistes radicaux et les djihadistes n’est pas un acte islamophobe. Je le fais tout le temps et je suis un musulman pratiquant. Mettre tous les musulmans dans le même sac, les peindre grossièrement, falsifier les faits et essayer de convaincre les gens que même les femmes musulmanes éduquées, non voilées et sans accent sont des extrémistes, c’est l’exemple même de l’islamophobie. Il est également islamophobe de prétendre que les musulmans ne se mobilisent pas pour dénoncer la terreur islamiste parce qu’ils ont secrètement une sympathie pour les terroristes. Faux ! Ils le dénoncent tout le temps, par millions. Les voix musulmanes, cependant, sont systématiquement censurées par les médias dominants.

|…]

Fin de la transcription des extraits de la vidéo.


Extraits de l’article du Dr. John Andrew Morrow, intitulé : Si les musulmans sont si modérés, pourquoi ne s’élèvent-ils pas contre le terrorisme?
Combien de personnes ont entendu parler du Code d’honneur musulman de l’ISNA (Société islamique d’Amérique du Nord)? Il dénonce l’extrémisme et la violence.

Combien de personnes ont entendu parler de la Fatwa contre le terrorisme et les attentats-suicides ? Publiée par le Dr Muhammad Tahir al-Qadri en 2010, elle affirme que « le terrorisme est le terrorisme, la violence est la violence, ils n’ont pas leur place dans l’enseignement islamique et aucune justification ne peut être fournie pour eux ». En 2014, il a affirmé que « l’idéologie de Daech revient à de la mécréance pour l’islam. C’est un anti-islam, opposé aux enseignements du Prophète de l’islam. »

Combien de personnes ont entendu parler de l’Initiative des Pactes ? Inspirée par Les Pactes du Prophète Muhammad avec les Chrétiens du monde, ce mouvement international de musulmans est impliqué dans la protection des juifs, des chrétiens et des musulmans persécutés et a été à l’avant-garde de la guerre idéologique contre Daech.

Combien de personnes ont entendu parler de la Fatwa de Bin Bayyah ? En septembre 2014, Cheikh Abdallah Bin Bayyah, l’un des savants les plus influents de l’Islam sunnite, a promulgué une longue fatwa condamnant Daech.

Combien de personnes ont entendu parler de la Lettre à Baghdadi ? Sortie en septembre 2014, c’est une réfutation méticuleuse de Daech. Elle a été signée par plus d’une centaine d’éminents spécialistes de l’Islam et dirigée personnellement vers le chef du faux État islamique.

Combien de personnes ont entendu parler du Message d’Amman ? Publié en novembre 2004 et signé par 200 chercheurs islamiques de plus de 50 pays, il appelle à la tolérance dans le monde musulman.

Combien de personnes ont entendu parler de la Déclaration de l’Organisation de coopération islamique ? Publiée en 2014, elle déclare que Daech n’a « rien à voir avec l’Islam » et a commis des crimes « qui ne peuvent être tolérés ».

Combien de personnes ont entendu parler de la Fatwa d’al-Azhar ? Émise en 2014, elle affirme que Daech est « un danger pour l’Islam ».

Combien de personnes ont entendu parler de la Déclaration de la Ligue arabe ? Publiée en 2014, elle dénonce les « crimes contre l’humanité »commis par Daech.

Combien de personnes ont entendu parler de la Fatwa qui a été émise par le premier clerc turc, le Mufti Mehmet Gormez ? Émise en 2014, elle affirme que Daech « fait des dégâts considérables » contre l’Islam et les musulmans.

Combien de personnes ont entendu parler des condamnations contre Daech émises par le CAIR (Conseil pour les relations islamo-américaines) ? Depuis 2014, ils ont condamné à maintes reprises Daech comme « non-islamique et moralement répugnant ».

Combien de personnes ont entendu parler de la Déclaration faite par le Conseil musulman de la Grande-Bretagne ? Émise en 2014, elle affirme que « la violence n’a pas sa place dans la religion ».

Combien de personnes ont entendu parler de la Fatwa publiée par le Conseil de jurisprudence de la Société islamique d’Amérique du Nord ? Publiée en 2014 et signée par 126 éminents musulmans, elle affirme que les actions de Daech ne sont en aucun cas représentatives des enseignements de l’Islam.

Combien de personnes ont entendu parler la Fatwa commune sunnite-chiite édictée par 100 imams britanniques ? Émise en 2014, elle décrit Daech comme un groupe « illégitime » et « cruel ».

Combien de personnes ont entendu parler de la Déclaration publiée par le Conseil des affaires publiques musulmanes ? Publié en 2014, elle condamne Daech et appelle les musulmans à « s’opposer à l’extrémisme ».

Combien de personnes ont entendu parler de Nahdlatul Ulama ? C’est la plus grande organisation islamique au monde, représentant 50 millions de musulmans indonésiens. En 2014, elle a lancé une campagne mondiale contre l’extrémisme et le wahhabisme.

Combien de personnes ont entendu parler des pensées de Cheikh Muhammad al-Yaqubi sur Daech ? Dans une interview menée en 2014, il a affirmé que « Daech n’a aucune nationalité. Sa nationalité est la terreur, la sauvagerie et la haine ». En outre, il a affirmé que « Baghdadi va tout droit en enfer ».

En 2015, Cheikh al-Yaqubi a publié une conférence intitulée Rejeter Daech : une réfutation de ses fondations religieuses et idéologiques. Dans sa brochure, il déclare que Daech constitue la menace la plus grave que l’Islam ait jamais rencontrée [ce qui est également la position de Sayed Hassan Nasrallah, Sayed Ali Khamenei, Sayed Sistani, etc., qui sont en première ligne du combat contre Daech].

Combien de personnes ont entendu parler du djihad qui a été déclaré par le Groupe de jeunes musulmans au Royaume-Uni en 2015 ? Ils ont déclaré que des groupes comme Daech n’ont « aucun lien avec l’islam ou la communauté musulmane ».

Combien de personnes ont entendu parler de la Fatwa de masse contre Daech ? Publiée en décembre 2015, elle a été signée par plus de 100 000 clercs musulmans en Inde, au Bangladesh et au-delà, et approuvés par des millions de musulmans.

Combien de personnes ont entendu parler de la Déclaration de Marrakech ? Publiée en 2016 et signée par des centaines de grands dirigeants musulmans, elle exprime leur engagement collectif à l’égard des droits humains, civils, religieux et aux droits des communautés minoritaires dans les pays musulmans.

Last but not least, combien de personnes ont entendu parler de la Déclaration de Groznyqui a excommunié les salafistes-takfiris ? Une Fatwa commune émise en Tchétchénie en 2016 par, entre autres, le Grand Cheikh d’Al-Azhar, la plus haute autorité de l’Islam sunnite, a déclaré explicitement que « les salafistes-takfiristes, Daech (le soi-disant « État islamique ») et les groupes extrémistes similaires n’étaient pas ‘musulmans’ ». [Et la liste est encore longue, et s’étend à toutes les communautés musulmanes d’Orient et d’Occident].

Support for ISIS in the Muslim World
% de la population ayant une opinion favorable à ISIS dans le monde musulman

Il est crucial de faire la distinction entre les masses d’êtres humains musulmans et la minuscule minorité de terroristes sub-humains. Les valeurs traditionnelles de l’Islam sont parfaitement compatibles avec les valeurs traditionnelles du monde occidental : valeurs judéo-chrétiennes et valeurs humanitaires. Le Prophète Muhammad a produit la première Constitution dans l’histoire politique de l’humanité. Les Pactes du Prophète ont été les premiers à consacrer les notions modernes de droits civiques et humains. Les principes du Prophète ont influencé la Renaissance européenne, le Code napoléonien, la Constitution américaine et la Déclaration universelle des droits de l’homme.

L’Islam orthodoxe, traditionnel, dominant, civilisationnel et classique n’a pas besoin d’être réformé. Il doit être guéri d’une maladie, d’une innovation toxique, appelée salafisme takfiri, une tumeur cancéreuse attachée au corps de l’Islam. Elle n’appartient pas au corps. Elle veut affaiblir, détruire et tuer le corps. Il faut l’amputer. Plus tôt la tumeur cancéreuse sera enlevée chirurgicalement, mieux ce sera pour les musulmans et les non-musulmans.

Dr John Andrew Morrow, fier musulman, pour l’Initiative des Pactes, mouvement international de protection des victimes de Daech.

Textes compilés par Sayed, édités par jj, relus par nadine pour le Saker Francophone

 

Marie Noël : puissante réponse au terrorisme de la célèbre poétesse

Au vomissement des actes terroristes répondra toujours la puissance de la parole poétique.

Marie Noel est une célèbre poétesse catholique du XXième siècle. Elle a écrit un texte très fort contre les Allemands qui ont occupé la France mais qui convient parfaitement à ce qui passe presque quotidiennement en Europe.

Marie Noel, célèbre poétesse chrétienne du XXième siècle

PLEURS SUR LA FOULE

“Nous vous haïssons”

 

Ô vous qui montez de nuit et poussez sur moi l’orage

Et dans tous les carrefours mettez la mort à l’ouvrage ;

 

Vous qui croissez au Levant, nouveaux, violents, armés,

Pour arracher ma récolte aux jours que j’avais semés,

 

Vous qui, de devant mes pieds inquiets chassez la route,

Et tarissez le monde autour de moi goutte à goutte.

 

Vous qui condamnez le pain de ma bouche peu à peu

Et retirez, flamme à flamme, le bois de mon feu.

 

Et, fleur à fleur, le jardin, et la maison, pierre à pierre.

De la place que j’avais, à l’humble lumière.

 

Vous qui pour le posséder me faites tomber des mains

Le Livre où j’allais buvant et le ramassez en vain,

 

Prenez ! À vous désormais la terre, le toit, le Livre,

À vous désormais l’ombre et le soleil où je m’oubliais à vivre.

 

Prenez et mangez le pain que pour me nourrir j’avais.

Prenez !—gorgez-vous de mots que-peut-être je savais !

 

Prenez ! Ah, je livre à vous tout mon bien sans le défendre

Mais mon bien, ô poings nombreux, vous ne pouvez pas le prendre.

 

Je vous le donne et je pleure, ô vous qui marchez sur moi

Et ne gagnerez jamais le royaume où je suis roi,

 

Et n’emporterez jamais en me dépouillant dans l’ombre,

Mon trésor dans la colère étroite de vos mains sombres.

 

Mon ciel sur le haut chemin et mon pas léger d’argent

Qui monte, et ma peine ailée, et mon bonheur négligent ;

 

Et ma grand’tendresse au loin par les oiseaux emmenée,

Et ma douceur, et ma laine à tous vents abandonnée ;

 

Et mon cœur comme un fruit chaud percé de dards au mois d’août,

Qui saigne et se laisse boire…Et l’amour que j’ai de vous.

 

Toute ma richesse, hélas ! que je jette à la volée,

Elle vous échappe, ô vous qui m’avez trop peu volée.

 

Vous mangerez mon repas sans être nourris avec,

Et dans le livre où j’ai bu, vous demeurerez à sec. ..

 

Je pleure…Vous sortirez de ma demeure pillée,

Les mains vides, les pieds nus et l’âme déguenillée,

 

Ô vous qui n’atteindrez pas l’amour qui coule à travers

Les pierres de ma contrée et ma joie aux champs ouverts

 

Vous qui n’arriverez pas à l’eau vive en ma fontaine,

Ô vous que voici prenant ce perdu chemin de haine.

NB Le Livre, ce sont les Évangiles.

Marie Noël

 

 

Magnifique poésie sur la vieillesse, de Marie Noël, poétesse catholique du XXième siècle.

À la rencontre de Marie Noel 

Chants des Quatre-Temps Sentes pour le dernier âge II

Marie Noel, célèbre poétesse chrétienne du XXième siècle

Quand la rose d’Été ne sera plus qu’épine

Et fruit mort sur la tige ingrate du rosier,

Quand sera sans bond vert la feuille, la racine.

En terre sans élan sous les champs rassasiés,

 

Quand le vent qui jouait à troubler les collines

Sera tombé sans aile en terrain désolé,

Quand le cœur qui m’aima sera dans la poitrine

D’un vieil homme engourdi comme un étang gelé ;

 

Quand n’aurai plus pour lui ni fleur, ni chant, ni charme,

Rien qui lui parle bas, rien qui lui semble beau,

Quand n’aurai plus pour moi qu’un vieux chagrin sans larmes

Dont le déboire usé n’a plus de goût nouveau,

 

Alors il sera l’heure, et la voilà qui passe

De balayer mon âge et les cendres du jour

Pour aller les jeter par une porte basse

Outre temps, outre monde, en l’ombre sans retour (1964)

 

 

 

APERÇUS BIOGRAPHIQUES

Marie, Mélanie Rouget est née le vendredi 16 février 1883, ruelle des Véens (vicomtes) à Auxerre (Yonne). Son père, Louis Rouget est agrégé de philosophie, il appartient à la génération des Taine, Littré, imprégné de Kant. Sa grand-mère que l’on qualifierait aujourd’hui de bigote, suit scrupuleusement les multiples offices et tient à jour le carnet des bonnes et mauvaises actions. Élevée dans la religion, mais non par des religieux, Marie, Mélanie qui deviendra Marie Noël, quand elle découvrira son petit frère mort dans son lit, est une mystique, et comme tel, sa vie sociale sera empreinte de l’humilité liée à ce destin. Très tôt et malgré la maladie toujours présente, elle sera reconnue comme possédant un “don” inégalable par son parrain Raphaël Périé (cadurcien d’origine espagnole, qui après une période de professorat était devenu inspecteur d’Académie). Celui-ci, vexé du succès de sa filleule dont les textes sont lus au Lapin Agile, le célèbre bar à chansonniers (merci Mac Orlan, célèbre poète, qui les lisait là-bas) espacera ses contacts. La rencontre avec l’abbé Mugnier et l’autorisation du Vatican de publier ses œuvres (permission de l’Index) lui permettra de concilier sa foi et ses talents – elle est également musicienne et composera les mélodies qui accompagneront ses chants. Elle poursuivra tant bien que mal ses études, voyagera peu, correspondra beaucoup, souffrira d’un mal étrange que les médecins n’arriveront pas à guérir, mais surtout témoignera de son doute, de ses angoisses et beaucoup plus tard de son absolue certitude dans Petit Jour et Notes Intimes. Comment résumer une biographie d’un auteur qui s’est autant confié. L’histoire de quelques oeuvre semble plus convaincante.

Pourquoi Macron conduira la France à la ruine, Par Paul Craig Roberts

Analyse sans concession de l’ancien sous-secrétaire du trésor américain

Traduction de l’allemand par Jean Henrion du site https://www.theblogcat.de/%C3%BCbersetzungen/pcr-29-05-2017/

Paul Craig Roberts est un économiste et journaliste américain, né le 3 avril 1939 à Atlanta. Professeur à l’Université de Virginie, Université d’Oxford, Georgia Institute of Technology

L’électorat français, écervelé et sans méfiance, a voté pour l’abolition de la nation française. Dans cinq ans, la France n’existera plus en tant que situation géographique, et ne sera plus qu’une province dans « l’Europe », qui en revanche est  une province du capitalisme mondial.

Les Français avaient une dernière chance de sauver leur nation, mais ils ne pouvaient pas le faire parce que les Français ont été convaincus qu’être français c’est être fasciste et raciste. Ainsi, l’électorat français de Marine Le Pen, le chef du seul parti qui se lève pour la France, a organisé une défaite.

Après cinq ans de Macron, de la France, il ne restera plus rien. Macron, en choisissant Washington et les banquiers internationaux définis ainsi par Diana Johnstone : « Elite transatlantique, qui est entièrement dédiée à la « mondialisation » et qui affaiblit ce qui reste du pouvoir du gouvernement national, juste utilisé pour eux et selon les décisions « des marchés » – c’est le capital international qui est géré par les grandes banques et institutions financières, en particulier celles présentes aux États-Unis, telles que Goldman Sachs. Lire l’article de John Stones :

http://www.globalresearch.ca/all-power-to-the-banks-the-winners-take-all-regime-of-emmanuel-macron/5591208

(Note de traduction pour illustrer comment Washington a placé ses pions. Anciens employés de Goldman Sachs, sans parler de Rotschild et d’autres banques dont Macron a été un employé (seulement une petite sélection) :

Mark Carney – chef par intérim de la Banque d’Angleterre

John Corzine – L’ancien sénateur et gouverneur du New Jersey.

Mario Draghi – chef par intérim de la Banque centrale européenne surnommé l’ancien chef d’état-major d’Obama et actuellement maire de la « florissante » ville de Chicago, également Chicongo – Rahm Emanuel.

Karel van Miert -. L’ancien commissaire européen

Steven Mnuchin – employé du  Trésor américain

Lukas Papademos -. L’ancien Premier ministre de la Grèce

Henry “Hank” Paulson -. Ancien Secrétaire du Trésor des États-Unis

Romano Prodi -. L’ancien Premier ministre italien et président de la Commission européenne

Robert Rubin -. Ancien Secrétaire du Trésor sous Clinton et ex-président de Citigroup, coprésident du Conseil sur les relations étrangères et à mes yeux l’un des plus grands criminels

Lawrence “Larry Summers” – L’ancien secrétaire du Trésor américain.

Malcolm Turnbull – Le Premier ministre par intérim de l’Australie

Macron se définit comme « champion de la diversité » et déclare qu’il n’existe pas de « culture française. » Le ministre de la Défense de Macron a déclaré qu’il « ne se sent pas français » lui-même.

Macron suit la ligne Russophobe des néo-conservateurs américains et est apparu à son investiture dans un véhicule militaire.

On ne sait pas pourquoi Poutine est venu en France pour rencontrer Macron, qui est totalement dans la poche de Washington. (De même que Merkel est dans la poche de Washington : Le Théâtre Trumpien entier est un amusement) Peut-être que le gouvernement russe croit réellement que les attentats terroristes en France sont vraiment le fait des islamistes et espère qu’ils saura enfin convaincre les gouvernements de l’Ouest de se joindre à la « guerre contre les terroristes. » Ou peut-être Poutine voulait-il mesurer à quel point Macron est conscient du conflit avec la Russie dans lequel Washington veut entraîner l’Europe.

Peut-être l’invitation de Poutine par Macron était une suggestion de Washington, le but étant de laisser croire à Poutine qu’il y avait l’espoir d’une coopération occidentale, alors que Washington achève en secret ses plans d’attaque ?

Seuls deux pays tiennent tête à l’hégémonie mondiale de Washington : la Russie et la Chine. De ces deux obstacles, la Russie est considérée comme le plus grand face à l’unilatéralisme américain. Et l’Europe est dépendante de l’énergie russe et les systèmes d’armes nucléaires russes sont très avancés.

Le fait que la souveraineté nationale de la Russie dépende tant de Poutine rend la Russie très vulnérable aux intrigues de Washington. C’est pourquoi Poutine peut être éliminé par l’assassinat. À l’inverse, pour les dirigeants chinois, ce n’est pas possible, parce que c’est collectivement qu’ils dirigent la Chine. Au sein du parti politique au pouvoir en Chine, il y a la démocratie. Washington se concentre sur eux en discréditant le Parti au pouvoir en Chine via des organisations américaines financières qui sont utilisées l’intérieur de ce pays à cet effet.

Washington conduit le monde dans un grand conflit. Les gouvernements russes et chinois doivent savoir maintenant qu’ils sont dans la ligne de mire. Leurs espoirs diplomatiques continuent d’être rejetés par Washington et l’Union Européenne, afin qu’ils en viennent à la conclusion que leur seule option est la reddition ou la guerre.

                                                            Paul Craig Roberts

THE COLLAPSE OF FRANCE — Paul Craig Roberts